Prochaine soirée FinistJUG : mardi 16 avril – JavaScript pour le développeur Java

FinistJUG

A la lecture du sujet de notre prochaine soirée, certains d’entre vous pourraient se poser la question de si un Java User Group est le bon endroit pour parler JavaScript. Faites nous confiance, la réponse est oui, certainement !

Notre session du mardi 16 part du constat que pour la plupart de développeurs Java, JavaScript est loin d’être un langage populaire. Les raisons sont multiples, mais en général ça se résume à une méconnaissance du langage et une perception (qui n’est plus d’actualité) que l’écosystème JavaScript manque de la rigueur et de l’outillage nécessaires pour son utilisation en entreprise.

Notre speaker de la soirée, Christophe Jollivet (développeur chez Apside et leader du JUG de Tours) était, comme beaucoup d’entre nous, très réfractaire à JavaScript et faisait tout pour l’éviter. Et pourtant, après se être décidé à re-apprendre le langage et comprendre l’écosystème JavaScript actuel, il passe une bonne partie de son temps personnel à coder en JavaScript.

Dans sa présentation Christophe va donc nous expliquer pourquoi et comment l’ancien détracteur de JavaScript est devenu un fan du langage et, en orientant sa présentation vers des développeurs Java comme lui, essayer de nous faire regarder JavaScript sous un autre angle, à apprécier ses forces, à mieux comprendre ses faiblesses et à nous donner envie de s’y essayer.

La présentation sera structurée en deux parties :

JavaScript pour le développeur Java

De part la ressemblance entre leurs noms et d’une syntaxe que à la base peut sembler très proches, il est facile de sous-estimer les profondes différences existantes entre JavaScript et Java. Pour les développeurs web Java, leur vision de JavaScript est souvent tâché de méconnaissance. Ayant été obligé de bricoler des bouts de JavaScript pour faire marcher la partie IHM de leur application, le développeur Java a en général une vision partielle et mal maîtrisée du langage.

Si vous ne savez pas ce que sont l’héritage par prototype et la coercition de type, si vous ignorez que la portée par défaut d’une variable est la fonction et non le bloc, alors cette présentation est pour vous. Si vous vous demandez comment fonctionnent ces drôles de blocs conditionnels sans opérateur, comment faire de l’introspection, et où sont les constructeurs de vos objet cette présentation est pour vous aussi.

Au cours de cette présentation nous balayerons les caractéristiques de JavaScript du point de vue du développeur Java en appuyant notamment sur les différences entre les deux langages et ce qui peut se transformer en piège pour le développeur qui aurait juger inutile d’apprendre JavaScript.

La caisse d’outils du développeur JavaScript

Au secours, votre chef a vu dans DSI-01-MAG-INFORMATIQUE que l’avenir est au application Web et il veut maintenant que tous vos projets soient en JavaScript. Vous paniquez parce que la dernière fois que vous avez fait du JavaScript, c’était à la faculté dans un éditeur de texte et vous débugguiez en affichant des boites de dialogue.

Au cours de cette présentation, nous verrons que l’écosystème JavaScript a évolué et que vous disposez maintenant de frameworks complets gérant vos couches de présentation, vos test, vos dépendances et même le backend de vos applications. Nous verrons aussi que l’outillage a progressé et que nous pouvons maintenant faire du débuggage comme dans nos application Java, de l’intégration continue et même de l’audit de qualité !

La soiré se fera donc le mardi 16 avril à partir de 18h30, soit à l’ENIB, soit à la Cantine Brest. Le lieu exact sera précisé en début de semaine, avec l’affiche de la soirée et les liens pour s’inscrire. Pour le moment, vous pouvez déjà marquer la date dans vos agendas !

Une réflexion au sujet de « Prochaine soirée FinistJUG : mardi 16 avril – JavaScript pour le développeur Java »

  1. Ping : Dernière soirée avant les vacances – Mercredi 24 juin 2015 | FinistJUG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *